Half a logo
Cover of issue #223

Current Issue: #223 Agency & Affect (Winter 2014)

Canadian Literature's Issue 223 (Winter 2014), Agency & Affect, is now available. The issue features articles by Ranbir K. Banwait, Paul Huebener, Lisa Marchi, Veronica Austen, and Andrea Beverley, as well as an interview with Laurence Hill by Kerry Lappin-Fortin, along with new Canadian poetry and book reviews.

Parcours de femmes. Entre anciens et nouveaux mondes

  • Chantal Théry (Author)
    De plume et d'audace. Femmes de la Nouvelle-France. Éditions Triptyque (purchase at Amazon.ca)
  • Therese Renaud (Author)
    Un passé recomposé. Nota Bene (purchase at Amazon.ca)

Reviewed by Julie Roy

De plume et d’audace rassemble les travaux et réflexions réalisés par Chantal Théry sur le parcours et l’écriture des femmes missionnaires de la Nouvelle-France. De la perception de ces amazones par leurs contemporains à leur propre acclimatation à un univers qu’elles devront apprivoiser, Théry donne la parole à ces pionnières et à ceux qui les ont côtoyées selon des thématiques qui sont autant de points d’ancrage dans ce vaste « matrimoine » culturel et littéraire que l’on connaît encore bien mal. Si Marie de l’Incarnation constitue le personnage principal de l’ouvrage, en raison de son abondante production, la fondatrice des ursulines de Québec y côtoie plusieurs de ses contemporaines, dont Marie Morin et Marguerite Bourgeoys, qui ont elles aussi laissé des traces écrites de leur expérience du Nouveau Monde. Théry nous permet également de découvrir les écrits de deux religieuses établies à la Nouvelle-Orléans, montrant le caractère encore mouvant des frontières de ce corpus.

De plume et d’audace lève le voile sur une partie de l’histoire de la Nouvelle-France encore largement méconnue. On y découvre des écritures de femmes fortement teintées de spiritualité certes, mais où les mots deviennent parole agissante à travers des pratiques aussi diverses que la correspondance, les annales ou les écrits spirituels. La portée intellectuelle de ces textes permet aussi de voir l’importance de la vocation enseignante à laquelle la plupart de ces pionnières se sont consacrées et leur rôle indéniable dans le développement de la colonie. L’abondance des citations issues d’un ensemble varié de textes donne de la perspective aux analyses et permet de découvrir des femmes audacieuses, non seulement pour avoir pris le beau risque du Nouveau Monde, mais également pour leur résistance et leurs idées novatrices. Cette abondance permet également d’entrer en contact direct avec les textes et de saisir les rapports particuliers de ces femmes à l’écriture. De plume et d’audace s’avère un incontournable pour quiconque souhaite découvrir l’histoire et l’écriture de ces pionnières. Malgré un certain effet de collage, l’ouvrage offre une belle réflexion sur l’apport des femmes au développement de la Nouvelle-France selon un point de vue neuf. Fruit d’une lecture attentive des textes et de l’utilisation des classiques de la critique littéraire et historique, cet ouvrage s’avère une source importante pour tous ceux qui souhaitent introduire ces corpus dans leur enseignement.

L’ouvrage signé par Thérèse Renaud nous fait emprunter le chemin inverse, du Québec à la France, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Thérèse Renaud, la poète et l’artiste qui vient de publier le recueil de poèmes Les sables du rêve, quitte le Québec le 22 octobre 1946 pour aller séjourner à Paris. Le voyage durera jusqu’en 1953. Dans Passé recomposé, Renaud renoue avec cette période et raconte sa propre vie au quotidien et celles des artistes québécois exilés en France qu’elle a côtoyés pendant cette période. Puisant autant à sa mémoire qu’à la correspondance de ses proches (la sienne, nous dit-elle, ayant disparue), Renaud donne à lire la fébrilité qui marque cette période d’effervescence artistique pour les signataires du Refus Global dont elle fait partie. On y retrouve les parcours de son conjoint Fernand Leduc, venu la rejoindre à Paris, de Paul-Émile Borduas et de Jean-Paul Riopelle qui tentent également de percer en France et de se tailler une place dans un Québec où le monde de l’art annonce les bouleversements qui marqueront la société québécoise des années 1960. On découvre aussi les doutes et les remises en question, les difficultés du quotidien et le dénuement auxquels le couple d’artistes a eu à faire face ainsi que la relation particulière de Thérèse Renaud à la maternité. Ces mémoires sont empreintes des rencontres avec des personnages exceptionnels et d’une certitude tranquille d’avoir participé à une époque marquante de l’histoire, mais elles témoignent aussi d’une grande sensibilité à la beauté des petites choses. Recomposer le passé, c’est le remettre en forme et l’agencer pour qu’il prenne sens. Celui que lui donne Thérèse Renaud, loin de constituer un simple tribut à des peintres exceptionnels ou de reconduire les idées reçues, nous fait découvrir l’univers au jour le jour d’un couple qui marqua le monde des lettres et des arts à sa manière.

Similar reviews

  • D'un extrême à l'autre by Robert Vigneault
    Books reviewed: La querelle du régionalisme au Québec (1904-1931): Vers l'autonomisation de la littérature québecoise by Annette Hayward
  • Poésie québecoise et canadienne-anglaise by R. Mésavage
    Books reviewed: Souffle d'eau by France Tremblay and Contre-taille: Poèmes choisis de vingt-cinq auteurs canadiens-anglais by Pierre Desruisseaux
  • Entre essai et roman by Sébastien Couvrette
    Books reviewed: Pourquoi j’ai fondé Le Devoir: Henri Bourassa et son temps by Mario Cardinal
  • Obscur désir by Yves Laroche
    Books reviewed: La Rive solitaire by Denise Brassard
  • Oublis et Obsessions by Dominique Perron
    Books reviewed: L'Émergence des classiques by Daniel Chartier and La Langue et le nombril by Chantal Bouchard


MLA: Roy, Julie. Parcours de femmes. Entre anciens et nouveaux mondes. canlit.ca. Canadian Literature, 8 Dec. 2011. Web. 29 Aug. 2015.

This review originally appeared in Canadian Literature #194 (Autumn 2007), Visual/Textual Intersections. (pg. 183 - 185)

***Please note that the articles and reviews from the Canadian Literature website (www.canlit.ca) may not be the final versions as they are printed in the journal, as additional editing sometimes takes place between the two versions. If you are quoting from the website, please indicate the date accessed when citing the web version of reviews and articles.

Half a logo Support the CanLit Tuition Award