La vie malgré tout

  • Tracey Lindberg and Catherine Ego (Translator)
    Birdie. Éditions du Boréal (purchase at Amazon.ca)
  • François Ricard
    La littérature malgré tout. Éditions du Boréal (purchase at Amazon.ca)

Lire François Ricard, c’est écouter la voix du professeur, s’en empreigner, s’en inspirer et réfléchir avec lui. Dans La littérature malgré tout, recueil d’essais écrits au fil des ans, Ricard témoigne de sa sensibilité de lecteur et propose au monde de voir la littérature comme « un art de vivre, une manière de préserver et d’approfondir en nous le petit espace d’humanité et de liberté qui nous reste. »

Dans ses essais, Ricard se remémore son passage à Liberté, cette revue à laquelle il a collaboré où « il n’y avait pas ou guère de positions communes [. . . mais ce qu’il appellerait] une communauté d’échanges, de recherche, un dialogue et, très certainement, une amitié. » Il parle aussi de l’humilité du silence et s’intéresse aux notions de lecture et d’écriture, notamment comme moyen de formuler et d’organiser sa pensée, tout en réfléchissant à l’utilité de la littérature, à sa valeur et à son bien-fondé. Pour Ricard, la littérature sert à comprendre le monde, à l’habiter et à entrer en contact avec lui, que ce soit par l’écriture ou la lecture d’une œuvre, tout en étant une méthode; c’est-à-dire une « certaine manière pour l’esprit de considérer et d’approcher ce qui se trouve au-devant, autour et dedans lui. » Ricard s’intéresse aussi à l’art de la critique et invite ses artisans à entrer en dialogue avec les œuvres, à être à leur écoute, « non pour y trouver—ou y retrouver—ses thèses ou celles de ses confrères, mais pour entendre ce [qu’elles ont] à dire, avec [leurs] mots et [leur] intelligence à [elles]. » Lire devient l’occasion de se lier aux œuvres, de se laisser habiter et façonner par elles. Cette proposition, Ricard la fait sienne dans la section « Lectures au grand air » où il visite des œuvres de plusieurs auteurs, dont Kafka, Georges Séféris, Yannis Kiourtsakis, Philippe Muray, Gabrielle Roy et Cuzio Malaparte; œuvres qu’il aborde non pas pour comprendre une époque, un lieu ou une culture, mais pour entrer en dialogue avec elles, parce qu’il continue « de faire confiance à la littérature, malgré tout. »

De son côté, Tracey Lindberg, retrace, dans Birdie, le parcours tumultueux de Bernice Meetoos, alias Birdie, une Amérindienne originaire du nord de l’Alberta qui a vécu son lot d’atrocité, de souffrance et d’abus tant physiques que psychologiques, et qui chemine vers une certaine guérison tout en « cherchant un refuge où sa mémoire [pourra] vivre en paix avec son corps. »

À travers l’écriture fine de Lindberg, qui signe ici un premier roman abouti où elle cherche « à libérer une vie, pas à l’enfermer », le lecteur découvre donc Bernice, cette jeune femme, marquée par la vie, dans ses souvenirs, son présent et ses préoccupations. Avec une belle sensibilité, l’auteure nous fait vivre les difficultés que doit surmonter cette dernière pour survivre à ses multiples blessures et guérir. Ce faisant, Lindberg nous livre ses pensées et ses secrets et nous fait connaître son univers ainsi que celui de son entourage, où la vie semble très loin d’une partie de plaisir, tant pour Bernice que pour les autres femmes, « sa famille de femmes », qui l’entourent. .Au fil des pages, le lecteur retrouve une Bernice qui, malgré tout, s’accroche à la vie et trouve la force, entre le rêve, le souvenir et la réalité, de cheminer vers une possible guérison. S’inscrivant dans la mouvance du mouvement « me too », ce roman expose au grand jour comment Bernice se sent et ce qu’elle doit traverser pour survivre aux multiples abus subis et surmonter les traumatismes passés. En découvrant la voix de Bernice, le lecteur prend conscience des situations difficiles que vivent des Autochtones.

Lindberg, par sa plume, rappelle celles d’auteures comme Naomi Fontaine et Natasha Kanapé Fontaine qui, par leurs mots, font émerger la beauté, la force, la persévérance et la réalité de communautés et d’humains qui ne courbent pas l’échine devant l’adversité, et cela, malgré les torrents, les tempêtes et les atrocités qu’ils subissent et traversent. Birdie est un roman d’une rare force et d’une rare beauté qui apporte de l’espoir.

 



This review “La vie malgré tout” originally appeared in Rescaling CanLit: Global Readings Spec. issue of Canadian Literature 238 (2019): 160-161.

Please note that works on the Canadian Literature website may not be the final versions as they appear in the journal, as additional editing may take place between the web and print versions. If you are quoting reviews, articles, and/or poems from the Canadian Literature website, please indicate the date of access.

Canadian Literature is a participant in the Amazon Services LLC Associates Program, an affiliate advertising program designed to provide a means for us to earn fees by linking to Amazon.com and affiliated sites.