Messages et bouteilles

  • Benoît Melançon (Author)
    Écrire au pape et au Père Noël : cabinet de curiosités épistolaires. Del Russo
Reviewed by Ben Huberman

Ayant consacré nombre de ses ouvrages savants à la littérature épistolaire française (surtout celle du dix-huitième siècle), Benoît Melançon, dans ce recueil contenant des pièces déjà publiées ainsi qu’inédites, tente de séduire un public plus divers (sinon le grand public) en l’invitant à considérer le monde à la fois mystérieux et banal, mais toujours fascinant, des accidents épistolaires. Il devrait y parvenir.

Rédigé avec un mélange bien équilibré d’érudition et d’éclectisme, ce Cabinet de curiosités, fidèle à son nom, offre aux lecteurs un panorama des formes multiples et hétéroclites sous lesquelles se présentent les correspondances. Les missives transmises par les pigeons et les hiboux, chantées par Jacques Brel et Elvis Costello, dessinées par Hergé et imaginées par Rétif et Jules Verne (parmi plusieurs autres), ont toutes leur place dans le riche tissu de « l’imaginaire épistolaire » défini par l’auteur.

Si la critique littéraire se borne traditionnellement aux seuls « messages », le regard plus large (et plus généreux) de ce recueil nous permet également d’explorer plusieurs supports et divers canaux de communication : lettres manuscrites et imprimées, naturellement, mais aussi télégrammes, courriels (et pourriels), chansons, bouteilles jetées dans l’océan. . . . L’impression que laisse cette profusion est celle d’une humanité toujours pressée à communiquer, toujours inventive (voire subversive) dans ses efforts pour combler ce désir : « en un objet, sentir un être (cher) ».

Un tel ouvrage décevra ceux qui voudraient y trouver des renseignements spécifiques sur tel ou tel système postal, telle ou telle production épistolaire : l’auteur, en invitant de futures études à « se pencher sur l’imaginaire de la communication en sa dimension la plus concrète » en est bien conscient. Ceux qui, par contre, prisent la valeur pédagogique et intellectuelle de l’anecdotique (sans rien dire du plaisir de l’anecdote) en profiteront énormément.



This review “Messages et bouteilles” originally appeared in Gendering the Archive. Spec. issue of Canadian Literature 217 (Summer 2013): 179-80.

Please note that works on the Canadian Literature website may not be the final versions as they appear in the journal, as additional editing may take place between the web and print versions. If you are quoting reviews, articles, and/or poems from the Canadian Literature website, please indicate the date of access.

Canadian Literature is a participant in the Amazon Services LLC Associates Program, an affiliate advertising program designed to provide a means for us to earn fees by linking to Amazon.com and affiliated sites.